vendredi 18 septembre 2009

Allure Homme Edition Blanche, Chanel


Il y a bien longtemps que j'avais renoncé à jamais aimer un parfum masculin de la maison Chanel. Non pas qu'ils me semblassent tous mauvais, mais simplement qu'aucun ne me plût jamais assez pour que j'aie véritablement envie de le porter. Et puis l'an dernier est sorti Allure Homme Edition Blanche, et mon monde intérieur a basculé.

Partout j'ai lu au sujet de cette variation les critiques les plus polies, saluant sa netteté, sa propreté, sans pour autant que l'on sente chez l'auteur de véritable passion. En ce qui me concerne, cette Edition Blanche est une réussite lumineuse, l'une des toutes meilleures synthèses entre la sensualité du musc, de l'ambre et de la vanille d'une part, et la fraîcheur du citron et de la bergamote d'autre part. C'est tout à coup comme si on avait réussi à obtenir un enfant de l'union entre Eau Sauvage et Habit Rouge : voyez un peu !

Pour parachever le chef d'oeuvre, le passage de l'éclat du départ à la volupté du fond se fait sans un bruit, dans une cohérence totale, sans que jamais ne se ressente un mal bien fréquent en parfumerie : la dissonance, souvent due à un raccourci trop vite emprunté ou à un grand écart un peu forcé. Rien de cela ici : tout est parfaitement à sa place, et l'on passe d'une phase à l'autre comme bercé par une caresse. L'ensemble en fait l'un des parfums masculins les plus réussis de tous les temps. A vrai dire, en voilà un qui donne envie de regarder droit devant soi : de l'allure, l'homme qui le porte n'en manque assurément pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire