dimanche 13 décembre 2009

Lys Méditerranée, Editions de Parfums Frédéric Malle


Je ne suis pas un grand amateur de parfums floraux. Autant j'apprécie l'odeur suave des bouquets que l'on m'offre, autant je trouve souvent leur restitution en flacon pesante, criarde, entêtante, bien loin de la douceur sophistiquée qu'on croit trouver.

Aussi, ma surprise fut grande de m'apercevoir que, parmi les ravissantes créations de la gamme Frédéric Malle, c'est sans doute Lys Méditerranée qui laissait le souvenir le plus impérissable (je n'inclus pas les parfums clairement masculins dans cette comparaison : ils sont trop à part pour qu'elle ait un sens).

Une seule vaporisation de Lys Méditerranée vous enveloppe soudain d'un véritable rayon de soleil. Ce parfum parvient à se montrer à la fois doux et chaud, dessinant la fleur elle-même sans vous l'envoyer au visage, et l'entourant d'une foule d'évocations délicieuses : le soleil donc, une impression radieuse et enjouée ; une légère brise aussi, de celles qui balaient paresseusement les corps alanguis sur une plage ; et l'amertume suave des embruns enfin, dessinés par une discrète note salée qui vient relever cette composition d'un soupçon de coquinerie.

Tout cela compose un tableau estival souriant, élégant mais dénué de prétention, et d'un naturel rafraîchissant. Un très beau parfum, sans doute encore plus beau le soir, au moment où on s'attend le moins à le trouver.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire