dimanche 16 mai 2010

Eau de Sisley 2, Sisley


Si l'on oublie l'épisode Soir de Lune, il y a toujours eu chez Sisley un goût à part : l'Eau de Campagne et l'Eau du Soir, les deux seuls parfums sortis au cours des trente premières années d'existence de la marque, reflètent ainsi la vie de ceux qui passent de restaurants chics en maisons de famille et connaissent leurs lettres sur le bout des doigts. L'esprit classique, ouvertement luxueux de ces compositions m'a toujours interpellé par son intransigeance, son absence de compromis vers des modes plus véhémentes et plus vulgaires.

Je viens de découvrir les trois Eaux sorties l'an dernier et en particulier la seconde : quel plaisir ! On retrouve la structure de la très verte Eau de Campagne, son aspect naturel et ce fond si distingué qui signe les parfums maison, mais poli, épuré, mis en scène par un départ aromatique limpide et très frais (une superbe note de menthe se manifeste la première) qui tourne autour d'un cœur discrètement fleuri. Cette phase subtile, délicate et presque imperceptible au premier abord vient donner un souffle noble à la composition avant qu'elle ne s'assoupisse en silence sur le fond chypré caractéristique des créations de M. et Mme d'Ornano, tandis qu'irradie tout au long de l'évolution une fraîcheur intense et sophistiquée.

En découvrant l'Eau de Sisley 2, j'ai eu l'impression de rencontrer le petit frère du superbe Ho Hang de Balenciaga (un modèle d'eau fraîche chyprée), modernisé et amplifié par ce cœur fleuri et la trame altière qui signe les parfums Sisley. Ils prennent un superbe coup de jeune avec ce lancement, et la quasi-garantie de son succès mesuré achève d'en faire un compagnon infiniment désirable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire