vendredi 18 novembre 2011

Candy, Prada

Chez Prada, on ne s'emmêle pas les pinceaux : Daniela Andrier veille sur la maison avec un souci de qualité qui, jusqu'à présent, n'a jamais été pris en défaut, et l'on retrouve dans chaque nouveauté une signature immédiatement reconnaissable, légèrement savonneuse et mate, qui colle bien à l'esprit intransigeant de la marque. D'ailleurs, Miuccia Prada elle-même le clame haut et fort : elle déteste l'idée de douceur, et ce n'est pas par hasard si chacun de ses parfums revêt cet aspect simplement propre, à plus ou moins forte dose.

Alors, pourquoi Candy ? Prada confiseur, voilà qui est inattendu, et qui "ne colle pas", si l'on se permet un jeu de mots, d'autant plus qu'entre Angel, Lolita Lempicka et autre Miss Dior Chérie, il y a bien longtemps qu'on ne compte plus les crises de foie parfumées. Eh bien justement, c'est ce que s'est employée à détourner Daniela Andrier, en fabriquant une note de sucre caramélisé directement associée à la touche savonneuse habituelle et qui, ainsi, ne colle pas. Candy est un parfum pseudo-gourmand qui ne vient pas vous engluer les narines à grands renforts de barbapapa et réussit le prodige de susciter, par sa retenue, une véritable et irrépressible gourmandise. C'est le fruit de l'audace et de l'intelligence : avec lui, Prada dispose désormais d'un parfum joyeux et espiègle qui ne prend pas ses jeunes clientes pour des godiches.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire