mercredi 2 novembre 2011

Eau de Rochas, Rochas


Si l'on s'amuse à chercher, chez chaque parfumeur, quel est le parfum qui incarne le mieux l'esprit maison, on s'aperçoit très vite que le réflexe fera citer un grand chypre (Miss Dior), un fameux oriental (Shalimar), un cuir hautain (Bel-Ami) ou un fastueux floral (N°5). Jamais ou presque il ne vient à l'esprit qu'un parfum frais puisse tenir ce rang, et pour cause : dans la plupart des cas, ce type de parfum est conçu pour accompagner, avec autant de légèreté que possible, la chaleur des jours d'été, et s'assurer que les clients de la marque lui restent bien fidèles lorsqu'arrivent les beaux jours. C'est exactement dans cette logique qu'Eau de Rochas a été lancé en 1970, et Rochas était alors sans doute loin d'imaginer que cette eau fraîche puisse se vendre, plus de quarante ans après son lancement, infiniment plus que d'autres parfums maison plus capiteux.

En réalité, le succès jamais démenti d'Eau de Rochas tient justement de l'intelligence de sa composition qui, sans jamais laisser s'évaporer la fraîcheur initiale, repose toutefois sur l'une des plus belles bases chyprées de toute l'industrie et lui confère une tenue et une espèce de richesse olfactive qui rivalisent sans démériter avec celles de cousins floraux ou cuirs plus opulents. Eau de Rochas pétille et rebondit dans les narines comme un verre d'eau glacée qu'on vous balance au visage en plein juillet, et réussit un numéro d'équilibriste qui consiste à faire durer la tonicité des agrumes grâce à un accord vétiver-mousse de chêne qui lui apporte juste ce qu'il faut d'âcreté.

C'est un parfum d'une grande cohérence, vivifiant, qui promène un sillage facilement reconnaissable malgré le classicisme invétéré de son style. Parangon d'élégance, il fait partie des rares parfums vers lesquels, sincèrement, on veut revenir après qu'on en a épuisé un premier flacon. Superbe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire