lundi 12 décembre 2011

Gin Fizz, Lubin

Autre renaissance réussie : Lubin. Après le magistral Idole d'Olivia Giacobetti en 2005, Gilles Thévenin, nouveau propriétaire de la marque, a entrepris d'aller fouiller dans le grenier de la maison et a déniché dans les précieuses archives des formules trésor dont il envoie balader la poussière par des reformulations étincelantes. Ainsi Gin Fizz, un floral des années 1950 créé en hommage à Grace Kelly, dont le nom rapide et tonique annonce un programme réjouissant, a-t-il rejoint Idole sur les étagères.

Ce parfum est amusant : on perçoit en effet aux premières notes l'amertume et la fraîcheur du cocktail éponyme, puis il se transforme doucement en un fleuri discret en définitive plutôt sage, qui retient son sillage à quelques millimètres de la peau et ne se départit jamais d'un éclat juvénile. On est loin des fleurs d'oranger de crème solaire ou des tubéreuses envahissantes : ici, les fleurs blanches ne sont retenues que dans leur aspect velouté. Tout au long de l'évolution, la fraîcheur reste le caractère principal du parfum, ce qui est beaucoup plus rare qu'on ne le croit dans cette famille olfactive : Gin Fizz fait l'effet d'une boisson glacée en plein été. Délicieux, parfaitement élégant, reformulé avec un grand talent, il a en plus le mérite d'être parfaitement unisexe... Voilà un parfum au chic très simple qui fait plaisir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire