jeudi 19 septembre 2013

Spiritueuse Double Vanille, Guerlain

Succombant à son tour à cette tendance récente dont la paternité revient sans conteste à Serge Lutens, et qui consiste à isoler un ingrédient de parfumerie pour composer autour de lui une formule nouvelle, Guerlain a initié, avec L'Art et la Matière, une collection déjà riche qu'a récemment rejointe un parfum qui ne lui était d'abord pas destiné : Spiritueuse Double Vanille.

Si je dois bien admettre que cette mode, bien souvent, me fatigue, elle qui reproduit le phénomène de plagiat déjà bien trop fréquent dans la parfumerie de masse, et s'illustre par un goût infini de la variation qui confine à l'absurde (combien de "Private collections", d'"Hermessences", de "Collections exclusives" se sont fendues d'un oud/d'une rose/d'un ambre ces dernières années, dont les différences ne sont plus bien souvent que des détails, et la raison d'être, une peur toute bête de ne pas en être, justement ?), je reconnais bien volontiers qu'il y a, de la part de Guerlain, un sens à ce qu'on rende à la vanille ce qu'elle a tellement donné aux créations de la maison, et qu'on lui réserve le traitement de faveur qu'elle avait depuis longtemps mérité.

Cette épice, Spiritueuse Double Vanille se propose de nous la restituer sous une forme merveilleuse et irrésistible, vivace, naturelle, brillant de l'éclat sombre des graines lorsque, de la pointe d'un couteau, on entrouvre la gousse et que se libère son arôme coulant, lascif et savoureux. Ce prodige en soi s'accompagne d'un raffinement supplémentaire : le voile léger d'un alcool vieux, un rhum, qui a pris avec l'âge un peu du goût de bois du tonneau qui le renfermait. Une subtile note fleurie élève l'ensemble vers les sommets car, outre une exécution sublime, un rendu à la fois chatoyant et ténu, un sillage d'une gourmandise d'autant plus prononcée qu'elle n'est que suggérée, Spiritueuse Double Vanille atteint le luxe suprême de parfaire au delà de ce qu'il semblait possible d'imaginer cette sensation si rarement bien exécutée en parfumerie : l'intimité. C'est une réussite somptueuse, triomphale, qui couronne trois vertus rarement conjuguées : l'intelligence, l'instinct et la virtuosité. Indépassable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire